2000 emplois 2000 sourires est un dispositif fondé par Alex Vagner dont le leitmotiv est de faciliter l’accès à un premier emploi pour les jeunes.

Pour les entreprises, c’est un moyen efficace de recruter ou d’enrichir son portefeuille de candidatures. C’est également un moment privilégié entre les jeunes pour mieux comprendre leurs attentes et évaluer leur motivation. (Source : Flyer 2000 emplois 2000 sourires).

Aujourd’hui, (jeudi 11/05) au Zénith d’Orléans avait lieu la 5ème édition avec au programme :
• Rencontres directes avec les entreprises et les employeurs ;
• Présence des organismes de formations sur les métiers en tension ;
• Ateliers thématiques gratuits : rédaction de CV, préparation aux entretiens de recrutement, présentation professionnelle, conseils, etc… ;
• Présence d’une vingtaine de chefs d’entreprise prêts à devenir les parrains et marraines de jeunes motivés ;
• Animations… (Source : Flyer 2000 emplois 2000 sourires).

Lorsque cet évènement est évoqué par la presse, les différents médias sont unanimes quant à son importance, son intérêt et ses retombées. Même sur les réseaux sociaux on l’encense.
Est-ce aussi extraordinaire ? Les personnes qui n’arrivent pas à trouver du travail par elles-mêmes, y arrivent-elles par le biais de ce dispositif ?
Fraichement diplômé d’un BTS, étant à la recherche d’un emploi, j’ai voulu vérifier cela par moi-même en m’y rendant l’année dernière avec la ferme intention de décrocher un job. Mallette à la main, CV à volonté, me voilà parti pour cette folle aventure qu’est la recherche d’emploi.

Arrivé sur place, j’étais subjugué… Il y avait beaucoup de monde et de nombreux stands. J’étais très ravi car je me souviens m’être dit : « plus y a de stands plus tu as de chances de trouver du travail ». J’ai fais le tour des « boutiques » qui m’intéressaient et je dois avouer que j’ai été plus que déçu car je ne m’attendais pas du tout mais alors pas du tout à l’accueil qui m’a été fait.

Les 95 % des personnes qui m’avaient reçu m’avaient demandé un CV, m’avaient accordé sans exagérer 2 min et avaient fini par me dire de les appeler pour obtenir un entretien. J’étais atterré. A quoi bon se déplacer pour un tel accueil ?! J’avais perdu mon temps et ma journée. J’aurais dû la consacrer à faire le tour des agences d’intérim qui elles m’auraient accordées plus de temps.
Je suis conscient qu’on ne peut pas accorder un entretien digne de ce nom à tous les candidats présents, mais de là à les bâcler… !

Je m’étais dis que je n’avais peut-être pas eu de chance, que j’étais le seul à qui c’était arrivé… alors j’ai voulu vérifier et j’ai posé la question à de nombreuses personnes qui pour la majorité avaient été reçues comme moi.

Je ne comprends vraiment pas pourquoi les médias en font des « caisses » alors que sur place ça ne se passe pas comme ils le disent ou comme ils l’écrivent…
A la fin du dispositif, on nous balance des chiffres avec les taux de participations des personnes, les emplois « donnés »… mais sans aucune précision.
Comme tout le monde le sait, on leur fait dire ce qu’on veut aux chiffres…

Personnellement j’aimerai avoir des clartés quant à la nature des emplois attribués : nombre de CDI, de CDD, de contrats d’apprentissage, en Intérim…
Une chose est sûre, il ne faut en aucun cas prendre pour argent comptant ce que la presse « traditionnelle » nous dit car il y a « toujours à boire et à manger… »

Un jeune qui aurait voulu en profiter

Ps : Mr Vagner a la possibilité de nous contacter pour répondre à ce jeune ; nous publierons bien entendu son éventuelle réponse.

11

Posted:

Categories: Non classé

Liberté, Egalité, fraternité… ? Quel mensonge !

La devise de la France qui est magnifique soit dit en passant n’est pas appliquée du tout. Longtemps considérée comme utopiste, cette dernière est bel et bien mensongère et nous pouvons malheureusement le vérifier à bien des niveaux…
Que ce soit pour l’égalité des droits, des chances, du travail, du logement…, les français ayant des origines et/ou de confession musulmane ne sont pas égaux.
Lors de ces élections présidentielles, dans la ville d’Orange, une femme a été contrainte de retirer son voile pour voter. Rappelons à titre informatif que cette ville est « gérée » par l’extrême droite depuis plus de vingt ans…
Le président du bureau de vote qui n’était autre que l’adjoint à la sécurité de la ville lui aurait dit :
« Madame, vous enlevez votre voile, c’est la loi, sinon vous ne votez pas! »
Pour lui, l’identité de Madame El Omar (57 ans) était difficile à prouver et il a estimé que cette dernière ne correspondait pas à la photo sur sa pièce d’identité.

Pourquoi agir de la sorte alors qu’elle avait pu voter au 1er tour sans retirer son voile ?
La circulaire du Conseil constitutionnel de janvier sur le déroulement des opérations électorales rappelle qu’ « Un voile encadrant le visage n’empêche pas le contrôle de l’identité de l’électeur ».
Pour accomplir son devoir de citoyen, Madame El Omar a dû retirer son foulard devant tout le monde. Cette situation l’a choquée. Après avoir voté, elle est partie et a pleuré. Elle a décidé de porter plainte.
Cet adjoint à la sécurité, aurait-il demandé à une bonne sœur de retirer son voile ? Bien sûr que non !
A titre comparatif, « en 2003, Bernadette Chirac a permis à Adalberta, mère supérieure de la Congrégation des sœurs carmélites de l’Enfant Jésus de Bormes-les-Mimosas, de conserver son double voile sur une photo d’identité. L’épouse du Président de la République est intervenue directement auprès de la préfecture afin de contourner la loi qui impose à tous de poser tête nue sur les photos des documents officiels ».

Faut-il penser qu’il y ait deux poids deux mesures ?
Pour rappel, Selon l’Art. 5. du décret du 26 février 2001, « Les demandes sont accompagnées de deux photos d’identité, de face, tête nue, de format 35 x 45 mm, récentes et parfaitement ressemblantes, ainsi que des timbres fiscaux correspondant au montant du droit de timbre exigé pour les passeports. »
Faut-il penser qu’il y a des sous citoyen et des passes droits dans notre beau pays qu’est la France ?
Bizarrement on n’entend pas parler de ça dans les médias.

Quand on a une devise aussi belle que celle de la France, tout devrait être mis en œuvre pour la faire respecter, du moins simplement l’appliquer…

AJ

0

Posted:

Categories: événement

NE JAMAIS OUBLIER LE PASSE POUR CONSTRUIRE UN AVENIR SANS DISCRIMINATION

Tous les historiens censés, les démocrates progressistes s’accordent à juste titre pour reconnaitre le terrible génocide dont furent victimes les juifs lors de la barbarie nazi, la Shoa.

Quelques négationnistes, comme Faurisson, propulsé par le sinistre Dieudonné tente de nier cette réalité, pour diminuer l’ampleur de cet indicible horreur.

La lutte contre l’antisémitisme, le négationnisme sont d’une constante actualité et la vigilance doit être constante :

La bête immonde est là, prête à ressurgir si besoin, même si les populistes et l’extrême droite européenne ont trouvé en l’islam  le nouveau bouc émissaire, ils ont troqué leur ancien antisémitisme, pour un nouveau racisme : l’islamophobie

NE PAS OUBLIER PORAJMOS

Les termes « Porajmos » (ou Porrajmos, littéralement « dévorer ») « Samudaripen », génocide tsigane ou encore holocauste rom, désignent les persécutions envers les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Leurs proportions furent telles que la majorité des historiens les considèrent comme constitutives d’un processus génocidaire. Les Tsiganes composent la deuxième population européenne victime d’une extermination familiale et raciale.

Les historiens estiment qu’entre 25 et 50 % de la population tsigane d’Europe a été exterminée au cours du Porajmos, c’est-à-dire entre 200 000 et 500 000 personnes.

L’INSURRECTION GITANE

C’est une date méconnue que l’association La Voix des roms célèbre ce samedi 13 mai, à Saint-Denis.

Celle de l’insurrection gitane, dans le camp de Birkenau, en 1944, il y a soixante treize ans.« On parle peu de la résistance dans les camps, et le 16 mai 1944 des familles gitanes ont résisté aux SS », nous dit Saimir Mile représentant de l’association la voix des roms qui se bat à leur côté  pour défendre leurs droits et cette memoire.

Il rappelle que ce jour-là, des hommes et des femmes se sont « enfermés dans leurs baraques, avec leurs outils de travail, pour s’opposer à leur extermination. » Le répit a été de courte durée.

En août 1944, près de 3 000 Tsiganes ont été exterminés. Mais le 16 mai reste un symbole de « résistance » que l’association compte remettre au goût du jour.

Ce « Romani résistance day » sera célébré dans plusieurs endroits d’Europe.« Nous tenions à célébrer cela à Saint-Denis sur le parvis de la basilique, puisque c’est ici que la présence de bohémiens a été mentionnée en 1427 ! » nous dit Samir.

CE SAMEDI 13 MAI FÊTONS L’INSURRECTION TZIGANE ET NOUS SOUTIENDRONS LA FAMILLE D’ANGELO GARAND

En cliquant sur ce lien, vous trouverez tous le programme

http://www.insurrectiongitane.com/programme.html

Mais j’attire l’attention des lecteurs sur ce débat

19h30-21h00 :  Assemblée débat 2 – « Violence institutionnelle et insurrection Gitane »

Depuis des siècles et dans la France contemporaine autant que jamais, Tsiganes, manouches, Rroms, Yéniches, Voyageurs sont l’objet d’une violence institutionnelle de haute intensité.

Cette violence prend des formes variables : Discriminations, incarcération de masse, placements d’enfants, génocide, violences et meurtres policiers.

Les intervenants exposeront chacun la résistance singulière dans laquelle ils sont engagés.

Intervenants : Remy VIENOT (Espoir et fraternité Tsiganes de Franche-Comté), Raymond GURÊME (Survivant du Génocide, résistant), Aurélie GARAND (Justice pour Angelo), Amal BENTOUNSI (Urgence notre police assassine), Cindy HADDAD (collectif femmes LM – Ronchin)

JUSTICE POUR ANGELO

Le 30 mars Angelo GARAND, gitan, membre de la communauté  Rom est abattu par le GIGN, à Seur, dans le  Loir et Cher à 10 km de Blois, chez lui, dans sa famille.

DEPUIS LA FAMILLE DEMANDE

• Pourquoi le procureur de Blois fait-il passer Angelo pour un fugitif dangereux, alors qu’il avait bénéficié d’une permission de sortie ?

• Pourquoi faire intervenir le GIGN, alors qu’Angelo n’avait pas résisté lors de sa précédente interpellation ? Qui a ordonné cet assaut macabre ?

• Pourquoi les gendarmes sont-ils entrés mitraillettes en mains dans la pièce où s’était réfugié Angelo, au lieu d’attendre qu’il sorte ?

Depuis le lendemain du drame, la famille reste sans réponse. Aujourd’hui elle réclame justice et vérité pour Angelo, comme pour les autres victimes de la violence des forces de l’ordre.
La famille GARAND et ses soutiens appellent à un rassemblement à la mémoire d’Angelo

LE 18 MAI LA FAMILLE D’ANGELO SERA A ORLÉANS POUR TÉMOIGNER

Lors d’une Conférence a Orléans le  le 18 mai à 20h, maison des associations, rue sainte Catherine avec Amal BENTOUNSI et Aurélie GARAND, la sœur d’Angelo.

Denis PETITJEAN

0

Posted:

Categories: Société