Jules à des yeux bleus océan
Mais son regard est aussi vide que le néant.
Dans son cœur, il n’y a pas de place,
Jules y’a accumulé trop de glace.
Dans son cerveau règne le désordre.
Jules ne parvient pas à y mettre de l’ordre.

Jules ne trouve pas sa place.
Pour lui, ce monde est une impasse.
Jules n’aime pas les gens.
Il ne comprend pas leur fonctionnement.
Rires et plaisanteries,
Jules n’a jamais compris.
Tisser des liens, se tenir la main,
Jules n’y comprend rien.

Il préfère contempler les trains.
Jules aime caresser les chiens.
Dans ce monde dénué d’humains,
Jules s’y sent bien.

Ses bizarreries éveillent la nervosité.
Sa différence fait naître l’animosité.
Jules à toujours été privé d’amour.
Il n’aime personne en retour.

Jules ne connait que la solitude,
Conscient de son hébétude.
Jusqu’à quand tiendra-t-il la distance ?
Jules réussira t’il encore longtemps à supporter la « méprisance » ?

JEF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *