Contrairement aux croyances populaires qui voudraient que Charlemagne ait inventé l’école, dès la plus haute antiquité, il y a eu des écoles publiques annexées aux sanctuaires.

Néanmoins, Charlemagne a permis de « mettre ensemble » les enfants des pauvres et des riches.

Du Moyen Age au milieu du 19ème siècle, l’Eglise joue un rôle primordial et l’instruction religieuse est adjointe à la scolarité.
Ce n’est qu’en 1870, que Jules Ferry alors ministre de l’instruction publique transforme l’instruction en éducation.

Il veut que l’école soit accessible et imposée à tous les enfants et propose des lois fondamentales.

L’école sera gratuite et obligatoire (6-13 ans), mais aussi laïque.

La loi du 28 Mars 1882 retire aux autorités religieuses le droit de contrôle et l’enseignement religieux sera dispensé en dehors des classes.

Aujourd’hui, nous pourrions évoquer deux missions administrées à l’école :

La première, de transmettre à tous les enfants du pays, quelles que soient leurs différences, un patrimoine culturel, linguistique et les « clés » de la construction d’un savoir qui permet de parvenir à un socle de connaissance dans différents domaines.

La seconde, est de dégager une catégorie d’élite amenée à contribuer au bon développement de la société(*)
*Accompagner la scolarité des enfants, Actes Sud Junior Education p 21, Castellani Gérard

L’école se doit d’assurer la transmission d’une certaine culture, de préparer la vie professionnelle et citoyenne des jeunes.

Le système d’enseignement français est fondé sur de grands principes, certains inspirés de la Révolution de 1789, de lois votées entre 1881 et 1889 et sous les IVe et Ve Républiques ainsi que de la Constitution du 4 octobre 1958 : « l’organisation de l’enseignement public obligatoire gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État « .

Jules Ferry

À l’origine, la scolarisation était obligatoire jusqu’à l’âge de 13 ans, puis 14 ans à partir de la loi du 9 août 1936. Depuis l’ordonnance n°59-45 du 6 janvier 1959, elle a été prolongée jusqu’à l’âge de 16 ans révolus.

Au-delà de cette obligation scolaire, les grands principes sur lesquels l’école repose : liberté de l’enseignement, gratuité, neutralité, laïcité.

L’école représente un lieu de socialisation. Elle est censée inculquer d’autres valeurs, d’autres normes, non pas en opposition avec celles de la famille mais en complément. On y apprend les règles du savoir-vivre, les savoirs de base (lire, écrire, compter) et des savoirs plus « savants ».

L’école transmet ce que les familles ne peuvent pas toujours transmettre mais ne la remplace en termes de valeurs morales.

Par le savoir et la connaissance, l’individu pourra penser par lui-même, devenir rationnel et acquérir un esprit critique.

L’école a pour but de former des citoyens autonomes. Telle est l’utopie recherchée de l’Ecole Républicaine.

Dans les faits, les constats permettent de dégager l’hypothèse que l’école ne joue plus son rôle intégrateur.

Chez les enfants de milieu favorisé, la culture transmise par la famille est en totale complémentarité avec la culture transmise par l’école. Il y a un effet de synergie, les parents étant investis dans les instances de représentations par exemple.

Le discours entendu à l’école rejoint le discours familial, les valeurs étant les mêmes.

Chez les enfants de milieu défavorisé, les normes et les valeurs véhiculées par l’école sont parfois différentes de celles inculquées par la famille et l’enfant est confronté à un phénomène d’acculturation.

Certains parents méconnaissent le fonctionnement du système scolaire et connaissent des difficultés à mettre en place une stratégie de réussite pour leurs enfants.

L’échec scolaire devient plus fréquent. Chaque année, des dizaines de milliers de jeunes quittent l’école sans diplômes, ni formation.

Le rôle intégrateur de l’école s’est donc effrité, et elle devient alors un facteur d’exclusion.

Dans une société de compétition où les acteurs sont inégaux au départ, comment parler d’égalité des chances ?

Tous les enfants n’ont pas accès à la « même » école en fonction du contexte sociale dans lequel ils grandissent.

Baptiste Bodard (dans le cadre de sa formation éducateur spécialisé juin 2017)

0

Posted:

Categories: Société

Comme vous le savez, nul n’est à l’abri de commettre des erreurs. D’ailleurs il y a le proverbe « l’erreur est humaine » qui nous le rappelle.

Mais il y a erreur et bourde !

Pour celles et ceux qui ont l’habitude d’écouter les « GG » sur RMC, vous savez que Madame Claire O Petit y a officié durant de nombreuses années et qu’elle a eu dans le passé des paroles plus que déplacées à l’encontre de certaines catégories de la population… En effet ses propos sont souvent polémiques, dérangeants et stigmatisant.

En 2011, lors d’une émission elle avait parlait des Roms d’une manière très insultante :

« Moi j’angoisse parce que je sais que je vais être envahie par cinq ou six femmes avec des bébés qui vont m’agresser devant ma glace, taper devant la glace. (…) Pourquoi ils dégueulassent systématiquement les trottoirs ? Pourquoi ils nous agressent systématiquement à cinq ou six autour d’une voiture ? Merde ! » (Source Internet).

Aujourd’hui Madame O Petit est députée de la 5ème circonscription de l’Eure du mouvement la République en Marche et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle continue avec ces propos nauséabonds à l’égard de ces concitoyens.

Nous avons tous entendu parler de la baisse des APL (Allocation Personnalisée au Logement) que le gouvernement souhaite instaurer à la rentrée et chacun y va de son petit commentaire… Madame O Petit, voulant sûrement faire le buzz a fait réagir de nombreuses personnes avec ses différents commentaires.

En effet, interrogée en début de semaine par le Huffpost dans les couloirs de l’Assemblée nationale sur cette mesure, voilà un florilège des réponses qu’elle avait apporté :

« Ça va messieurs, dames. Arrêtez. Si à 18, 19 ans, 20 ans, 24 ans vous commencez à pleurer parce qu’on vous enlève cinq euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie? »
« Faites bien le calcul quand vous êtes étudiant. C’est quand même aussi avec nos impôts, faut pas l’oublier. Donc, il y a les transports moins chers, il y a la carte étudiant, il y a l’APL, il y a les bourses ».
« Vous avez beaucoup d’étudiants qui sont obligés de travailler encore, c’est vrai. Mais bon sang, regardez un petit peu ailleurs! Whouuu! Ça va! ».

Vous aviez déjà un ton hautain lorsque vous participiez aux GG Madame la députée.
Qu’Est-ce que ça va être maintenant que vous avez un mandat…?!

Madame O Petit a beaucoup fait allusion aux étudiants mais pas aux foyers modestes.
5€ par mois est une somme qui peut lui paraitre dérisoire, mais dans la « vraie vie », pour beaucoup de nos concitoyens, c’est énorme !

Sachez Madame la députée qu’il y a de nombreuses familles qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, beaucoup d’entre elles sont à découvert en début de mois.
Les APL sont une aide indispensable pour tous les foyers qui y ont droit. L’amputer de 5€ ou même moins est une offense.

Pourquoi sont-ce les familles modestes qui paient le prix fort des décisions injustes des différents gouvernements en place ?!

Pourquoi faire des cadeaux aux riches et mener la vie dure aux plus modestes ?

Madame la députée, sachez que beaucoup de personnes ne vivent pas mais survivent. Ne soyez pas déconnectée de la « vraie vie »!

Vos phrases resteront dans les annales comme celles de bon nombre de personnes pensant être supérieurs aux autres…:

« Si à 50 ans, on n’a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie ».
« Même si on est clochard, on peut arriver à mettre 1500 euros de côté ». Jacques Séguela

N’oublions pas non plus celles de Monsieur Macron … :

« La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler ».
« Les salariés français sont trop payés… Les salariés doivent pouvoir travailler plus, sans être payés plus si les syndicats majoritaires sont d’accord. »
« Le chômage de masse en France c’est parce que les travailleurs sont trop protégés »
« Je compte sur vous pour engager plus d’apprentis. C’est désormais gratuit quand ils sont mineurs »
« 35 heures pour un jeune, ce n’est pas assez »

Ou encore celle qui avait beaucoup choqué, particulièrement les étudiants :

« J’ai vécu, à un moment donné, quand j’étais adolescent, avec environ 1000 euros par mois », et comme si ça ne suffisait pas, il termine en disant : « savoir ce que c’est de boucler une fin de mois difficile ».

« L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) « considère que l’adolescence est la période de croissance et de développement humain qui se situe entre l’enfance et l’âge adulte, entre les âges de 10 et 19 ans ». (Source Internet).

De 10 à 19 ans il y a une grande marge… Nous sommes en droit de penser que Monsieur Macron avait eu le privilège de bénéficier pendant longtemps des 1000€ par mois avant de devenir étudiant.

Malheureusement la liste des personnes ayant tenu des propos irrespectueux n’est pas exhaustive.

La pauvreté est un fléau qui croît de plus en plus. Pourquoi ne pas s’y attaquer ?!

Robin des Bois est un personnage de fiction qui volait aux riches pour donner aux pauvres, le monde politique est composé de personnages « réels » qui font l’inverse !

En effet, pour beaucoup d’entre eux, ils prennent aux pauvres pour donner aux riches.

C’est honteux !

AJ

0

Posted:

Categories: Société

Vendredi dernier c’était le 14 juillet.

Qui dit 14 juillet dit fête nationale, qui dit fête nationale dit cérémonie, qui dit cérémonie dit défilé, qui dit défilé dit discours pour finir en apothéose avec un feu d’artifices en soirée…

Je précise en soirée car ce jour là, plus tôt dans la journée, nous avions eu droit à un autre type de feu d’artifice dans l’émission « Les Grandes Gueules » présentée par Olivier Truchot diffusée sur RMC et la chaîne numéro 23.

En effet c’était un feu d’artifice d’inepties.

Lors du « grand oral des GG » qui consiste à ce que les « Grandes Gueules » posent différentes questions à un invité, c’était Henda Ayari qui se prêtait à l’exercice ce jour là.

Cette dernière est la fondatrice de l’association « libératrices » (créée en mars 2015) qui « s’adresse à la famille de façon générale et en particulier aux femmes et aux familles monoparentales.

Elle a pour objectif principal de fédérer des hommes et des femmes afin de créer un réseau d’entraide pour soutenir la cause des femmes et en particulier des mères isolées qui rencontrent des difficultés pour élever seules leurs enfants.

L’accompagnement des jeunes issus des familles monoparentales est aussi une de ses missions.

En s’appuyant sur des valeurs de solidarité, d’égalité, de citoyenneté, « Libératrices » a pour projet de s’associer pour construire un vivre ensemble ». (Source Internet)

Madame Ayari a aussi écrit le livre « J’ai choisi d’être libre » publiée par les éditions Flammarion qui retrace sa vie.

Lors de l’émission, elle a dit qu’elle s’était mariée à 20 ans et qu’elle avait été « battu et maltraitée pendant 10 ans », qu’elle était « programmée pour la soumission car je devais servir mes frères », … « on nous pousse à haïr la France et les français… », « le salafisme m’a fait devenir antisémite », « on se sert de la religion pour dominer, contrôler, soumettre la femme »…

Madame Ayari, s’est mise ensuite à parler de voile, de laïcité alors qu’elle n’en maitrisait pas le sujet.

Elle a sans doute beaucoup souffert dans sa vie, mais de là a faire des raccourcis faciles ce n’est pas honnête.
Elle a certes raconté son histoire, mais la manière dont elle était narrée, poussait forcément à faire des amalgames.

En écoutant son histoire, malheureusement de nombreuses personnes prendront son cas une généralité.

Sur le plateau, les chroniqueurs s’en donnaient à cœur joie pour « casser » l’Islam à l’image de Madame Zohra Bitan qui déclare : « Le voile est un marqueur pour pouvoir comptabiliser la propagation d’une idéologie ».

Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre ? Où est le CSA ? En faisant des déclarations de ce genre, elle stigmatise les musulmans.
Toutes deux ont dit qu’il y avait beaucoup de discours victimaires.

Est-ce que les discriminations existent dans notre pays ? Bien sûr que oui.
Les personnes qui en souffrent et qui osent le dire sont-elles des victimes ou leurs discours sont victimaires ?

Mesdames, vous confondez les mots « victimaire » et « victime ».

Vous devez savoir que ces mots ne signifient pas du tout la même chose !

Quand on regarde la définition de « victimaire » sur Internet, voilà ce qu’on nous dit :

« Se dit d’une personne qui se croit victime de la société et qui réclame des réparations ».

Voyons maintenant ce que dit Internet pour le mot « victime » :

« Personne qui souffre des agissements d’autrui, d’évènements malheureux ».
Ex : « Il a été victime d’une injustice. »

Certaines personnes ne rentrent pas en discothèque à cause de leurs origines, d’autres ne trouvent pas de stage à cause de leurs lieus de résidences, certaines femmes touchent un salaire inférieur par rapport aux hommes, … Les exemples sont malheureusement nombreux…

Je vous pose la question suivante mesdames :

Les personnes qui subissent les discriminations, sont-elles victimes ou est ce que leurs discours sont victimaires ?

De plus, vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a de plus en plus d’adhérents au Front National, que ce parti remporte de plus en plus de voix à chaque élection et pour la deuxième fois de notre histoire, il est arrivé au 2ème tour lors de la dernière présidentielle…

Tous ces facteurs devraient vous alerter. Oui, les français deviennent de plus en plus racistes et oui ces derniers l’assument de plus en plus. Ne vous en déplaise !

Pour celles et ceux qui ont l’habitude d’écouter les « GG », vous ne me contredirez pas sur le fait qu’il ne se passe pas une semaine sans que les journalistes ou invités ne parlent d’Islam.

Pourquoi ? Dans quel but ? Auraient-ils un problème avec cette religion ?

Comment voulez-vous faciliter le vivre ensemble lorsque vous sortez l’étendard de la laïcité à tout bout de champs pour taper sur les musulmans ?

Je sais que beaucoup d’entre vous pensent que la plupart de nos articles traitent des discriminations et de la stigmatisation des musulmans, mais pourquoi ?

Tout simplement parce que ce sont des sujets récurrents qui prolifèrent à vitesse grand V et qui touchent malheureusement de plus en plus de personnes.

Si ce n’est pas lachute.fr qui en parle, qui va le faire ?

Lutter contre les injustices, les inégalités, les discriminations, le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie… devraient être l’affaire de tous.

AJ

0

Posted:

Categories: Société

Pour celles et ceux qui ont passé les vacances d’été en France l’année dernière, vous n’avez pas pu passer à côté de l’acharnement des médias sur ce qu’on a pu appeler « l’affaire du burkini ».

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement j’avais l’impression qu’il n’y avait pas d’autres sujets d’actualité tellement cette « affaire » prenait de la place dans les journaux et à la télévision.

La faute à qui ? Les rédacteurs en chef ? Les politiciens ? Aux deux ?

Vu comment ces derniers en parlaient, on aurait pu penser que tous les problèmes de la France tels que l’insécurité, le chômage, le racisme, les discriminations, la croissance… avaient disparu…

Vu du Maroc, c’était un sketch la manière dont les médias français ont traité ce sujet.
En effet, pour la majorité des habitants de ce pays, ça n’était ni plus ni moins qu’un faux prétexte pour taper une fois de plus sur l’Islam et les musulmans.

Autrefois, pour les marocains, la France était considérée comme un Eldorado, ils voyaient les français comme un peuple accueillant, chaleureux, solidaire et tolérant.

Aujourd’hui, pour eux, ils en ont une tout autre image. En effet, ils voient la France comme un pays hostile aux musulmans et considèrent les français comme intolérants et sujets au racisme.

Ils ne comprennent pas comment un pays avec la magnifique devise Liberté Egalité Fraternité ne laisse pas ces femmes se baigner comme elles le souhaitent. Après tout, le burkini n’est qu’un costume de bain.

En France il y a bien des plages réservées aux naturistes, pourquoi ne pas en réserver aux « burkinistes » ?

Pourquoi voir en ce vêtement un étendard de la religion ?

En France, il n’y a plus de liberté, plus d’égalité et encore moins de fraternité et cela peut se vérifier avec ce que M. Leroy Henry, Maire de Mandelieu-la Napoule a cru bon de faire concernant des femmes portant le voile sur leur lieu de travail…

Pour celles et ceux qui ne seraient pas au courant, cet élu Les Républicains des Alpes-Maritimes avait adressé un courrier en avril dernier à l’enseigne H&M de sa ville pour lui faire part « « des nombreuses plaintes d’administrés et de clients, gênés par [cette] tenue vestimentaire à caractère religieux ».

Et comme si ça ne suffisait pas, il se permet de demander à cet enseigne « de proscrire le port du voile à ses vendeuses ».

Il surenchéri en indiquant que « la commune est attachée à l’identité républicaine et à la neutralité religieuse », et demande aux responsables de la boutique « d’agir pour qu’à Mandelieu-la-Napoule, le port des signes religieux soit proscrit ».

Comment peut-on être à la tête d’une municipalité et ne pas connaitre la définition du mot laïcité ? Si les politiciens n’en connaissent pas le sens, c’est très grave !

Heureusement que l’observatoire de la laïcité qui est là pour assister le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France avait réagit sur Twitter en rappelant que « la neutralité s’impose aux services publics, pas aux entreprises privées. La mairie méconnaît la laïcité et s’immisce dans une affaire privée ».

L’entreprise H&M a répondu au Maire par un courrier dans lequel elle indiquait que son « règlement intérieur permet à chacun de [ses] collaborateurs de s’habiller comme ils le souhaitent dans les limites fixées par la loi ». « Notre règlement intérieur n’interdit rien que la loi n’interdise elle-même ». (Source le Monde).

Beaucoup ne comprennent pas pourquoi la grande majorité des politiciens français veulent faire du buzz en surfant sur la vague de l’Islam. Seraient-ils islamophobes ? Anti musulmans ?

Quand on pense que certaines personnes se sentent agressées lorsqu’elles voient des femmes avec le foulard… C’est fou…

Qui a-t-il d’agressif dans ce vêtement ?

Pour toutes les personnes qui sont dans le flou ou qui volontairement « travestissent » le concept de la laïcité, vous trouverez ci-dessous une vidéo de moins 3 minutes qui vous expliquera ce que signifie ce mot que vous employez à volonté pour stigmatiser une partie de la population…

Et pour finir, je dirai que :

La société est bizarre. Elle est plus choquée par une femme qui porte le voile que par une femme qui court à poil.

AJ

0

Posted:

Categories: Société

Ce mercredi nous avons été à la rencontre de l’association OMA (Orléans Métropole Académie) qui organisait un stage de perfectionnement de football en direction des enfants âgés de 7 à 12 ans dans la plaine de jeux du Belneuf située dans le quartier de l’Argonne.

Arrivés sur place, nous avons été reçus par le responsable sportif Youssef Fakhri.

Lorsqu’il était bénévole au sein de l’ASOM (Académie Sportive d’Orléans Métropole), ce jeune homme de 30 ans avait pour ambition de mettre en place un grand projet pour développer la pratique du football et plus particulièrement celle du futsal.

Ayant vécu 6 ans en Belgique, il y a passé des diplômes pour devenir entraîneur.
Cela fait maintenant un an qu’il est à la tête de l’équipe de France de futsal féminine pour l’AMF (Association Mondial de Futsal).

Insatiable lorsqu’il s’agit du ballon rond, c’est lui qui est à l’initiative de la fusion entre l’ASOM et le club de foot Ambert pour une collaboration d’un projet commun qui a donné depuis un mois OMA. En fusionnant, Ambert bénéficie de l’agrément jeunesse et sports de l’ASOM.

Avec le travail et la motivation des membres d’Ambert qui sont présents depuis les débuts et qui œuvrent chaque jour pour donner une belle image de leur club, gageons que cette fusion donnera une autre dimension au club : plus sérieuse et plus « respectable ».

Lorsque nous demandons à M. Fakhri quels sont les objectifs de cette fusion, ce dernier répond :

« Nous voulons redynamiser le club, recréer un projet sportif avec l’équipe sénior, développer le futsal, développer la pratique du football pour les filles, pour les handicapés (mal voyant, mal marchant)… Nous avons voulu changer d’identité pour nous faire apprécier par la ligue et le district mais aussi pour changer le regard des gens par rapport au club d’Ambert et au quartier de l’Argonne qui souffrent malheureusement d’une mauvaise image ».

Lorsque nous lui demandons des explications, ce dernier nous répond :

« Le Belneuf fait que certains parents refusent d’inscrire leurs enfants. Nous voulons redorer le blason du quartier et devenir une référence dans la formation des jeunes et développer le secteur féminin ».

En effet, le quartier de l’Argonne est discriminé à cause de l’image que véhiculent certains médias ce qui provoque de la peur chez de nombreuses personnes.

Heureusement qu’il y a des gens qui font abstraction des commérages et qui décident de voir avant de juger. C’est le cas de certains parents qui habitent à Semoy, Orléans centre, Chécy et à Fleury les Aubrais qui ont inscrit leurs enfants à ce stage d’une semaine pour la modique somme de 60€ avec possibilité de payer moitié prix pour les licenciés du club et réduction pour les parrainages.

Durant le stage, les enfants joignent l’utile à l’agréable puisqu’ils progressent tout en s’amusant.

Ils ont compris les valeurs fondamentales du football telles que le respect, l’esprit d’équipe, le fair play…

Après l’effort, le réconfort…

Place à la pause déjeunée où tous les jeunes partagent ce moment convivial dans le club house et c’est pour nous, le moment idéal pour leur demander ce qu’ils pensent de ce stage…

Afonso 8 ans est heureux de nous répondre : « C’est très bien. J’ai appris les contrôles intérieurs et extérieurs et j’ai progressé en dribles ».

Imran 8 ans apprécie ce moment : « On mange ensemble, on parle de tout et de rien et on joue à des quizz ».

Pour celles et ceux qui souhaitent offrir un beau cadeau à leurs enfants, vous avez encore la possibilité de les inscrire pour la semaine du 17 au 21/07.

Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter leur page Internet à l’adresse suivante : www.asom45.eu ou les contacter au 06 10 48 94 55 ou au 06 95 16 23 19.

Nous espérons une longue vie à cette fusion…

Ps : Voilà ci-dessous une vidéo qui parle du quartier de l’Argonne…

En espérant qu’elle change le regard des personnes qui en ont une mauvaise image…

AJ

0

Posted:

Categories: Ma ville

Jeudi 6 juillet nos confrères de France Bleu Orléans publiait un article sur leur site qui avait pour titre : « Speed burger refuse de livrer dans le quartier de l’Argonne ».

Le mot « boycotte » avait même été utilisé.

Un autre article avait été publié dans la foulée et cette fois ci il avait pour titre : « Speed Burger fait son méa culpa ».
Rappelons que la franchise Speed burger possède 50 restaurants en France dont un à Orléans qui a ouvert en juin 2009 avec Monsieur Breton à sa tête.

Afin de vérifier si ce dernier « boycottait » réellement le quartier de l’Argonne en refusant d’y livrer ses produits, nous l’avons rencontré ce mercredi autour d’un café dans ce quartier.

Une longue discussion s’en est suivie pour avoir plus de renseignements par rapport aux deux articles publiés.

Il nous a fait part de son grand étonnement car s’il avoue ne pas livrer toutes les rues de l’Argonne, il nous a confié livrer l’avenue des droits de l’Homme, rue de l’Argonne, le CFA de l’AFTEC…

De plus, il est très surpris que cette histoire n’apparaisse que maintenant car sa décision de ne pas livrer toutes les rues de ce quartier date d’août 2009.

En effet, ayant ouvert en juin 2009, juillet et août de la même année furent des mois « noirs » pour ce patron car en ce laps de temps, un salarié avait été molesté, des livreurs « caillassés » sur le boulevard Marie Stuart et une commande avait été volée dans un caisson.

C’est à ce moment qu’il avait pris la décision de ne plus livrer certaines rues en l’occurrence toutes celles autour de la place Mozart. S’il se défend de ne pratiquer aucune discrimination, il reconnait qu’il aurait dû réévaluer la situation avant pour s’apercevoir que le quartier avait changé.

Lorsqu’on lui demande si les livraisons vont reprendre dans tout le quartier, il répond par l’affirmative. Il nous confie qu’elles reprendront début septembre car « on ne peut pas débloquer une ouverture de zone comme ça à cause du logiciel de caisse et correspondance Internet ».

Il nous avoue ne pas livrer Semoy et la Source à cause de la distance. Il poursuit son explication en nous disant : « Je dois livrer dans les 30 à 45 minutes pour que les produits soient chauds ».

Il nous a révélé être estomaqué et trouve « regrettable la manière dont ont été tourné les deux articles et l’interview radio de France Bleu. « Le montage a été fait de manière étonnante. C’est dommage que le journaliste n’est pas laissé toute l’interview. Avec du montage on fait ce qu’on veut. Il a utilisé ma voix pour le « méa culpa ».

Pour lui, « le reportage était à charge » et il « regrette de ne pas avoir été contacté avant pour en discuter ».

Il continue en nous confiant que « France Bleu Orléans a voulu faire du buzz et de l’audimat ».

Il désapprouve les méthodes du journaliste : « Il aurait dû s’annoncer au lieu de se faire passer pour un client. L’opératrice qui a été piégée lors du reportage ne souhaitait pas être diffusée à l’antenne car elle a été reconnue et le vit mal ».

Pour conclure, Monsieur Breton nous a répété qu’en aucun cas il n’avait pratiqué de discrimination et que tout ce qu’il avait fait c’était pour préserver ses salariés.

AJ

0

Posted:

Categories: Société

Toutes celles et ceux qui ont l’habitude de regarder M6 savent que cette chaîne diffuse des séries américaines telles que « blue bloods, NCIS Los Angeles, NCIS nouvelle Orléans, Elementary, Hawaii 5-0, et bien d’autres encore…
Nous allons nous intéresser à Hawaï 5-0…

Cette série qui est diffusée en France depuis avril 2011 met en avant une unité spéciale qui a carte blanche pour combattre le crime à Hawaii. (Source Internet).

Composée de quatre personnages principaux, nous avons appris que deux d’entre eux, et non des moindres, à savoir Daniel Dae Kim et Grace Park allaient quitter la série.

Pourquoi quitter une série qui marche bien et qui plus est où on a un grand rôle ?
Selon le magazine Variety, ces « deux stars d’origine asiatique auraient un salaire inférieur de 10 à 15% par rapport à leurs collègues « blancs » ».
Toujours selon ce magazine, « suite aux négociations qui ont échoué avec la CBS, ils ont décidé de quitter le navire ».

Comment se fait-il que dans le pays de l’oncle Sam où tous les rêves sont permis car le rêve américain est bel et bien une réalité et non une légende il existe encore ce fléau qu’est la discrimination !?

Ce qui est fou, c’est que Daniel Dae Kim et Grace Park apparaissent à l’écran bien plus que leur collègue Scott Caan.

Sur sa page Facebook, Daniel Dae Kim dit :

« J’ai donc pris la décision difficile de ne pas continuer. En tant qu’acteur américain d’origine asiatique je sais à quel point c’est difficile de trouver des opportunités, d’incarner un personnage multidimensionnel, comme Chin Ho. Il va sincèrement me manquer. Quitter un job pour en trouver un autre est difficile, mais j’encourage tout le monde à regarder au-delà de la déception du moment et de regarder la situation dans son ensemble. Le chemin vers l’égalité est rarement simple. »

Il est vrai que le chemin vers l’égalité est rarement simple, c’est pourquoi la lutte contre toutes les formes de discrimination devrait être l’affaire de tous et une priorité pour les personnes qui nous gouvernent.

Les femmes et les hommes politiques dans leurs discours nous disent qu’ils feront tout pour lutter contre cette injustice mais force est de constater que leurs paroles ne reflètent pas du tout la réalité du terrain.

Comment se fait-il qu’en 2017, dans notre pays la France, certaines entreprises rémunèrent moins bien les femmes alors que ces dernières occupent des postes similaires et ont les mêmes compétences que les hommes ?

Où est la justice ? Où est l’Egalité de notre belle devise ?
Beaucoup se disent choqués et pourtant rien n’est fait.

La discrimination devrait être sévèrement punie.

Il devrait y avoir des peines exemplaires pour dissuader toutes celles et ceux qui pratiquent cette injustice ou qui comptent la pratiquer.

Un des rôles des députés est de proposer des lois, je propose à mon tour d’appliquer d’abord celles qui existent déjà…

A bon entendeur salut!!!!!!!!!!!

AJ

2

Posted:

Categories: Société

Fantassin aux mains nues

Educateur de rue, fantassin aux mains nues, j’ai arpenté le bitume,
squatter les hall d’immeubles, tisser du lien dans les cages d’escalier
Avec la parole comme seule arme, j’ai semé des bouts de moi-même là où d’autres distribuent du mépris et des coups de matraques
J’ai écouté les souffrances étouffées de la rue, j’ai apprivoisé les sauvageons, j’ai le respect des Raclos et les chibanis me saluent la main sur le cœur. Adopté !

Eux ne sont pas amnésiques, ils n’ont pas oublié ce tisseur de lien sur pattes qui trainait sa carcasse dans les rues du quartier
Educateur de rue, fantassins aux mains nues, les élus ont eu ta peau.

Ils ont mis des caméras pour remplacer l’humain…. Jeunesse sous surveillance, jeunesse stigmatisée
J’ai mis des mots sur des maux,
j’ai aussi, éponge essorée du social, absorber les colères et les douleurs muettes.

J’ai souvent hurlé ma rage devant tant d‘injustice sous le regard rougi et protecteur de celle qui partage ma vie et qui recollait patiemment les morceaux du puzzle éparpillé d’un éduc pas comme les autres

Educateur de rue fantassin aux mains, les élus ont eu ta peau
Ils ont mis des caméras pour remplacer l’humain. Jeunesse sous surveillance, jeunesse stigmatisée

Le quartier de la Source qui m’a fait naitre éducateur restera à jamais dans mon cœur. J’y ai même rencontré c’était au siècle dernier, le douanier Rousseau, Paco de la Javapop qui tapaient le ballon avec ses potes et son frérot au milieu des immeubles et semaient des éclats de rires dans les brisures de la vie
C’était en 1988, j’avais 23 ans et Ange qui nous rassemble ici poussait son premier cri « slamé ». Quelle précocité
Je voulais rendre hommage à ces deux belles personnes Ange et Paco pour nous avoir ouvert les oreilles de leur cœur.

Hommes généreux en mots et en paroles, en Mojito (Un texte posé /Un verre avalé) aussi, vous avez su rassembler donner une âme poétique à ce lieu de musique

Il restera des souvenirs, des images, des émotions et des belles rencontres…Merci Ange, tu peux t’envoler vers d’autres cieux, tu as gagné tes ailes
Toi Paco..sache que rabane , Paco rabane ne t’arrive pas à la cheville et que Paco Tille est vraiment tout petit.

Et même si tu n’es pas toujours rigolo, Paco mique dans mon cœur tu resteras toujours un mec…Paco….me les autres !!

Merciiiiiiiii !

Yves Bodard

1

Posted:

Categories: Écritures, Poésies

NOS DOIGTS ENTRELACÉS,

Tu étais la caresse apaisante
Sur mes douleurs cuisantes.
J’étais les yeux qui te guidaient
Quand l’obscurité s’intensifiait.
Nos doigts s’entrelaçaient
Pour nous soulager du passé.
Ta main protectrice sur mon épaule,
Je faisais de même. C’était notre rôle.

Quand l’une débutait une phrase, l’autre la terminait.
Il nous suffisait de nous regarder,
Nous n’avions pas besoin de parler.

Nous avions aussi nos désaccords
Mais la force de nos sentiments redressait les torts.
Tu étais une moitié esseulée.
J’étais un demi isolé.
À nous deux, nous étions une complémentarité, une totalité, une unité.

Mais l’amour-passion est arrivé,
Débarquant avec lui, complexité et complications.
Brulante était la flamme de l’amour-passion.
Brulante était la flamme de l’amitié-fusion.
Autant de sentiments violents
Ne peuvent cohabiter ensemble sans débordements.

Fatiguée de batailler pour trouver ma place.
J’étais vidée, déçue et lasse
Je me suis éloignée tout doucement,
Essayant de t’oublier dans le ventre du néant.

Le malheur nous ayant de nouveau frappées,
J’ai su immédiatement qu’il était temps de tout effacer, de tout oublier.
Temps de tout recommencer…

J’ai su que mes yeux étaient là
Pour guider tes pas.
J’ai su que tes caresses étaient là pour apaiser mes douleurs.
J’ai su que nos doigts entrelacés
Étaient là pour nous soulager du passé.
J’ai su que cette fois, c’était à jamais.

JEF

0

Posted:

Categories: Écritures, Poésies

TU NE PEUX OUBLIER...

Tu ne peux oublier son visage émacié
Elle, qui d’un simple sourire te faisait vaciller.
Tu ne peux oublier son corps décharné
C’est pourtant ses formes voluptueuses qui t’avaient charmé.
Tu ne peux oublier sa maigre main tendue vers toi,
Cherchant à caresser ta joue une dernière fois.
Tu ne peux oublier son désarroi
Quand tu l’as embrassée pour la dernière fois.

Tu ne peux oublier qu’elle s’endormait dans la chaleur de tes bras
Vos corps entremêlés dans des draps de soie.
Elle s’est éteinte dans la froideur de l’hiver
À jamais figée dans la solitude de son suaire.

Elle était ton soleil, ta lumière, ta reine.
Sans elle, tu n’es plus qu’une âme en peine.
Sur toi, souffle le blizzard de l’incertitude.
Vivre sans elle est pour toi, une réelle inaptitude.
Continuer ta route, expurgé de ses sentiments
Pour toi, cela dépasse l’entendement.

De vie, tu n’as plus la moindre étincelle.
Des envies de plomb dans la cervelle.
Ton bel Amour, la mort te l’a volé
Avec elle, ta raison de vivre s’est envolée.

Tu ne peux oublier qu’ensemble vous étiez heureux.
Tu ne peux oublier qu’ensemble, vous avez embrassé les Cieux.

JEF

0

Posted:

Categories: Écritures, Poésies