Home/Écritures/Poésies/Fantassin aux mains nues

Educateur de rue, fantassin aux mains nues, j’ai arpenté le bitume,
squatter les hall d’immeubles, tisser du lien dans les cages d’escalier
Avec la parole comme seule arme, j’ai semé des bouts de moi-même là où d’autres distribuent du mépris et des coups de matraques
J’ai écouté les souffrances étouffées de la rue, j’ai apprivoisé les sauvageons, j’ai le respect des Raclos et les chibanis me saluent la main sur le cœur. Adopté !

Eux ne sont pas amnésiques, ils n’ont pas oublié ce tisseur de lien sur pattes qui trainait sa carcasse dans les rues du quartier
Educateur de rue, fantassins aux mains nues, les élus ont eu ta peau.

Ils ont mis des caméras pour remplacer l’humain…. Jeunesse sous surveillance, jeunesse stigmatisée
J’ai mis des mots sur des maux,
j’ai aussi, éponge essorée du social, absorber les colères et les douleurs muettes.

J’ai souvent hurlé ma rage devant tant d‘injustice sous le regard rougi et protecteur de celle qui partage ma vie et qui recollait patiemment les morceaux du puzzle éparpillé d’un éduc pas comme les autres

Educateur de rue fantassin aux mains, les élus ont eu ta peau
Ils ont mis des caméras pour remplacer l’humain. Jeunesse sous surveillance, jeunesse stigmatisée

Le quartier de la Source qui m’a fait naitre éducateur restera à jamais dans mon cœur. J’y ai même rencontré c’était au siècle dernier, le douanier Rousseau, Paco de la Javapop qui tapaient le ballon avec ses potes et son frérot au milieu des immeubles et semaient des éclats de rires dans les brisures de la vie
C’était en 1988, j’avais 23 ans et Ange qui nous rassemble ici poussait son premier cri « slamé ». Quelle précocité
Je voulais rendre hommage à ces deux belles personnes Ange et Paco pour nous avoir ouvert les oreilles de leur cœur.

Hommes généreux en mots et en paroles, en Mojito (Un texte posé /Un verre avalé) aussi, vous avez su rassembler donner une âme poétique à ce lieu de musique

Il restera des souvenirs, des images, des émotions et des belles rencontres…Merci Ange, tu peux t’envoler vers d’autres cieux, tu as gagné tes ailes
Toi Paco..sache que rabane , Paco rabane ne t’arrive pas à la cheville et que Paco Tille est vraiment tout petit.

Et même si tu n’es pas toujours rigolo, Paco mique dans mon cœur tu resteras toujours un mec…Paco….me les autres !!

Merciiiiiiiii !

Yves Bodard

One thought on “Fantassin aux mains nues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *