Home/Société/Aide A Domicile, un beau métier difficile.

L’aide à domicile, que l’on appelle aussi aide à la personne ou auxiliaire de vie sociale assure l’accompagnement de personnes âgées, handicapées ou en situation de maladie dans son environnement.

Il permet à ces personnes de rester chez elles grâce à une assistance quotidienne, aussi bien physique que morale.

En tant qu’aide à domicile, je définis une organisation pour les personnes que j’accompagne pour qu’elles continuent à mener leurs projets et à vivre leurs vies normalement.
Nous veillons à ce qu’elles ne soient pas assistées et qu’elles entretiennent des liens sociaux avec leurs voisins, leurs amis…
Vous ne le savez peut-être pas, mais nous avons plusieurs rôles :

 Entretenir la maison de la personne accompagnée en faisant le ménage,
 Faire les courses
 Cuisiner les repas
 Faire la lessive
 Faire le repassage
 Assurer l’hygiène personnelle par la toilette, l’habillage, l’accompagnement aux toilettes
 S’occuper des démarches administratives
 Etre à l’écoute et échanger
 Animer des activités
 Accompagner lors de sorties
 Soutenir moralement

Malgré toutes ces tâches que nous effectuons, nous veillons tout de même à ce qu’elles essaient de se « débrouiller » seules en les « formant » à l’autonomie sur le plan hygiénique.

Ne croyez surtout pas que nous infantilisons les personnes que nous accompagnons. Ça n’est pas du tout le cas.

Beaucoup pensent que ces personnes sont seules, sans amis et sans familles, heureusement ça n’est pas le cas pour toutes.
Une de nos missions est de maintenir le lien social par le suivi des relations amicales et familiales.

De nombreuses personnes nous appellent encore des « aides ménagère ».
Les aides à domicile étaient appelés comme ça il y a cinquante ans car les infirmières faisaient encore les toilettes.

Le manque de personnel soignant, notamment à domicile avaient fait des aides à domicile des hommes et des femmes à tout faire.

Depuis quelques années, on s’aperçoit d’une dégradation des conditions de travail.

Nous avons seulement 45 minutes la semaine et 30 minutes le week-end pour réveiller la personne, la laver, la faire déjeuner, faire son lit, la vaisselle et le ménage.

Dites-vous que nous nous occupons souvent de personnes à mobilité réduites et que par conséquent nous devons souvent les porter…

Essayez donc d’effectuer pour vous-mêmes toutes ces tâches avec le peu de temps dont nous disposons et vous verrez que c’est quasiment impossible.

Avec peu de moyen, toujours moins de temps et plus de choses à faire, nous sommes par moment à la limite de la maltraitance!

Sans compter que nous sommes à peine payés au-dessus du smic

Et encore, ça c’est pour celles et ceux qui ont un diplôme tels que : CAP assistant technique en milieu familial et collectif, BEP carrières sanitaires et sociales mention complémentaire aide à domicile, diplôme d’Etat auxiliaire de vie sociale, BAC Pro de proximité et de vie locale, BAC pro accompagnement, soins et services à la personne, option à domicile.

Les personnes qui se lancent dans ce métier sont peu, voir pas préparées à toutes les difficultés auxquelles nous sommes confrontés et auxquels nous devons faire face.

Malgré ça, les Pôles Emploi ou les Maisons de l’Emploi continuent d’orienter les chômeurs/euses peu, voir pas qualifiés.

Pour effectuer ce métier il faut être motivé car nous sommes amenés à travailler les dimanches et les jours fériés, nous avons des horaires morcelés, il faut être patient et prendre sur soi car il nous arrive parfois de nous faire insulter…

La motivation ne suffit pas car en plus il faut avoir le cœur bien accroché pour supporter la détresse des gens.
Il faut être fort mentalement pour côtoyer la fin de vie ou encore découvrir des personnes décédées.

Nous sommes malheureusement seuls pour faire face à cela.
Aider les personnes à « partir » avec dignité et soutenir les familles demande du courage.

Concernant la prise de traitement médicamenteux, notre rôle consiste en une « aide à la prise de médicaments ». A la base nous devons seulement présenter les médicaments préparés à l’avance aux personnes que nous accompagnons avec un verre d’eau.

Les médicaments doivent êtres préparés dans un pilulier par un docteur ou une infirmière.

Nous n’avons pas à assurer la préparation des produits prescrits par le médecin ni les administrer aux personnes.
Il convient de distinguer l’aide à la prise de médicaments de la distribution.

La distribution de médicaments relève de la compétence de l’infirmier, du médecin, du pharmacien ou de la famille.
Nous sommes pourtant malheureusement trop souvent amenés à le faire.

Comme vous l’aurez constaté, nous effectuons un métier très difficile.

On commence à voir apparaitre des cellules d’écoute et des groupes de parole afin d’aider les salariés à faire face et partager les expériences et les difficultés rencontrées.

Notre métier n’est pas valorisé à sa juste valeur mais il est pourtant indispensable.
Tout le monde n’est pas capable de le faire.

Ca n’est pas le salaire, encore moins le remboursement des frais kilométriques (0.35€ du km) qui nous motive à rester.
Au cas où vous ne le sauriez pas, les gants pour effectuer les toilettes ne sont pas fournis…

Comme vous avez pu le lire, il faut être polyvalent pour effectuer cette profession, se donner à fond et mettre parfois sa vie de famille entre parenthèse.
Pour celles et ceux qui le font, c’est une vocation.

Vous pensez sûrement qu’il n’y a que des côtés négatifs dans mon métier…, ça n’est pas du tout le cas.
Maintenir le lien humain, instaurer la convivialité, créer le bonheur et la bonne humeur font partie des côtés positifs de la profession.
Un « merci », un sourire, ça fait tellement plaisir.

Travailler dans le social, aider les personnes sont des choses magnifiques. Voilà pourquoi j’aime mon métier.

J’ai demandé à deux de mes collègues de me dire pourquoi elles avaient choisi cette profession et voilà ce qu’elles m’ont répondu :

« Je fais ce métier car j’aimerai si je ne suis plus là qu’on aide mes parents et que l’on soit gentil avec eux» Evelyne aide à domicile à Gien depuis 18 ans.

« Je m’occupe d’eux comme si c’était ma propre mère ou mon frère… ». Sophie aide à domicile à Orléans depuis 3 ans.

Comme le disait Françoise DOLTO :

« Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences »

Nathalie

8 thoughts on “Aide A Domicile, un beau métier difficile.

  • Je vous admire car c’est un métier bien ingrat, je ne pense pas que vous soyez reconnue à votre juste valeur, la critique ėtant plus souvent votre lot que la reconnaissance de votre dévouement. Je connais bien vos difficultės, ma fille fait ce métier, et y laisse sa santé pour un salaire de misère. Mais que ferions nous sans vous? Merci à toutes celles qui apportent soins,bonheur, convivialité à toutes ces personnes dans le besoin.

  • Bravo Nathalie, je connais bien ce métier et oui il faut aimer… tout le monde ne peut pas le faire et il est bien regrettable que l’on « dirige » un peu n’importe qui au niveau des AMPE. Je crois que vous pouvez être fière de votre métier. Cependant, il faut aussi pour qu’il soit pratiqué avec « amour » offrir au personnel des conditions de travail « normal » et un salaire correct Bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *