Les membres du collectif ACIDE ont envoyé un communiqué de presse à de nombreux médias concernant la conférence de jeudi 18/05/17 qu’ils organisent de 20h à 23h à la maison des associations d’Orléans rue Sainte Catherine avec pour thème: Justice et vérité pour Angelo GARAND.

La plupart des médias contactés ne l’ont pas diffusé.

Comme à lachute.fr il n’y a pas de censure, nous avons accepté de le mettre en ligne.

Vous le trouverez ci dessous …

Collectif acide : acide.orl@gmail.com contact d petitjean 06 11 57 67 72

Pour insertion dans vos colonnes et supports de diffusion

En pj l’affiche de cette réunion pour les sites internet

Le jeudi 18 mai à 20 h à la maison des associations 46 ter rue sainte catherine à Orléans, la famille D’ Angelo Garand sera présente pour dire :

Le 30 mars, Angelo Garand a été exécuté par les gendarmes à Seur, dans le Loir-et-Cher. Les membres de la famille, traités comme des criminels, ont été mis en joue et brutalisés, en présence d’un enfant de trois ans.

Venus pour l’interpeller, les hommes du GIGN l’ont abattu à bout portant, dans la petite remise où il s’était caché. Il ne voulait pas retourner à la prison de Vivonne, où il purgeait une condamnation pour vol.

• Pourquoi le procureur de Blois fait-il passer Angelo pour un fugitif dangereux, alors qu’il avait bénéficié d’une permission de sortie ?

• Pourquoi faire intervenir le GIGN, alors qu’Angelo n’avait pas résisté lors de sa précédente interpellation ? Qui a ordonné cet assaut macabre ?

Pourquoi Angelo a-t-il été abattu de 7 balles dans le thorax ?

Depuis le lendemain du drame, la famille reste sans réponse. Aujourd’hui elle réclame justice et vérité pour Angelo, comme pour les autres victimes de la violence des forces de l’ordre.

Cordialement

0

Posted:

Categories: Non classé

Le monde du cinéma est incroyable.
En utilisant le mot « incroyable » je ne parle pas de la magie ou des émotions qu’il procure mais de la petitesse des réalisateurs et des producteurs qui ne proposent pas de « grands » rôles aux personnes d’origine maghrébine. En revanche ces derniers sont omniprésents quand il s’agit de jouer des voleurs, des dealers ou des terroristes à croire qu’ils ne sont cantonnés qu’à jouer ce genre de personnage !

Il n’y a pas si longtemps, l’acteur belgo-marocain Mourade Zeguendi a refusé un rôle qui lui avait été attribué par le réalisateur américain Brian De Palma à qui on doit plusieurs films dont Snake eyes, les Incorruptibles ou encore le très célèbre Scarface.

L’intéressé lui-même n’en revenait toujours pas d’avoir refusé : « C’est le genre de truc qui va t’arriver une fois dans ta life et je dis: ‘non' »(Source : HuffPost Maroc).

Le rêve de tout acteur est de jouer pour de grands réalisateurs ; la réputation de Brian De Palma n’est plus à faire, alors pourquoi lui avoir dit non ? Ce refus a été motivé par la simple et bonne raison qu’il devait jouer un terroriste de Molenbeek. Comme il l’a si bien dit : « Je préfère me regarder dans une glace que de me prostituer dans une petite scène d’une grosse production américaine ». (Source : HuffPost Maroc). Pour ma part il n’y a rien à ajouter…

Là où on en vient au fait que le cinéma boude les « maghrébins », c’est lorsque les réalisateurs tournent des films tirés ou basés sur des histoires vraies, dont les personnages principaux sont d’origine maghrébine et qu’ils attribuent quand même les rôles à d’autres.

Prenons l’exemple du film « intouchables » sorti en 2011, à la base, c’est l’histoire d’Abdel Sellou (d’origine algérienne).

C’est lui qui a inspiré le rôle que joue Omar Sy. Pourquoi les réalisateurs Éric Toledano et Olivier Nakache n’ont pas pris un « arabe » pour jouer le rôle ?

Prenons aussi le film « l’ascension » sorti en 2017, le réalisateur Ludovic Bernard a adapté l’histoire de Nadir Dendoune (d’origine algérienne) qui avait conquis l’Everest en 2008.

Pourtant le rôle a été attribué à Ahmed Sylla…

Si on résume, ces deux rôles ont été confiés à des personnes d’origine sénégalaise alors que les protagonistes sont d’origine algérienne. J’aimerai qu’on m’explique…

Aux Etats-Unis, dans la plupart des films, ce sont les acteurs « noirs » qui meurent les premiers et en France les bons rôles ne sont pas attribués aux « arabes ».

Le monde du cinéma aurait-il un problème avec les « minorités » et plus particulièrement les réalisateurs français envers les personnes d’origine maghrébine ?

0

Posted:

Categories: Non classé

Extrait d’ « Ose » paru en 2013 (Yves Bodard)

Le sentiment de rejet, l’impression de disqualification viennent cristalliser beaucoup d’émotion et nourrir une image de soi dévalorisée et c’est ainsi que la relégation en os est en marche.

« On ne nous respecte pas, on n’existe pas, on ne compte pas ».
Ces mots de la rue sont lourds de sens et nous renvoient comme un miroir l’image de ce monde, dont nous faisons partie.
Cela se traduit par une focalisation sur l’apparence, la façon d’être perçu par les autres mais aussi de façon très factuelle sur le nom, l’appartenance communautaire, l’origine mais aussi le territoire où l’on habite.

On appelle cela la stigmatisation.

Au-delà, même, c’est la discrimination qui se donne en spectacle. Le mot est fort, violent mais moins que de la subir. Insidieuse, la discrimination gangrène les esprits et si l’on ne se méfie pas de soi-même, d’abord, si on ne fait pas le travail de se poser, de stopper son élan et de se regarder agir, on prend le risque de devenir comme ceux que l’on dénonce.

La discrimination, la stigmatisation, ce petit quelque chose de trop qui dépasse, lorsque l’on prend le temps de l’écoute, n’est plus seulement à l’état de ressenti, d’impression, de sentiment mais une réalité de la vie quotidienne. Elle s’invite à l’occasion d’une recherche de stage, de formation, d’emplois ou d’un logement.

Je peux en apporter la preuve car il m’est arrivé dans mon activité professionnelle d’avoir recours à ce subterfuge pour justement étayer et faire la démonstration que ce sentiment de rejet est bien réel. Comment ? En changeant l’identité d’un jeune, en transformant son nom, en mentant sur son origine géographique et même sur mon statut (je n’étais plus éducateur de rue mais un adulte référent qui aide des jeunes dans leur recherche de formation, c’est moins stigmatisant, hein !). Cela a permis d’avoir, sinon une réponse positive à une demande, au moins un espace d’échange possible.

Permettre à une parole mais aussi une personne d’être prise en compte, d’exister pour l’autre, ça n’a pas de prix. On appelle cela le respect et la considération et c’est déjà un bout de restauration de la dignité, un petit morceau de narcisse et parfois, il t’arriverait presque de te trouver «Bogoss», pour de vrai… Et ça, déjà dans le caberlot de celui qui est nié, ça a une résonance porteuse d’espoir.
Les personnes victimes de rejet, de stigmatisation et de discrimination ont une connaissance quasi instinctive de qui est l’Autre, de sa place dans la société et ils le traduisent en mots lorsque l’on prend le temps de dépouiller la colère de son cortège d’émotions. Le risque du mépris est que cette colère qui s’exprime se transforme en violence.

Je me suis donc mis non plus seulement en situation d’échange mais en veille et en situation d’écoute. Je me suis aussi mis en situation d’alerte et de vigie.

Yves Bodard

0

Posted:

Categories: Non classé

Malgré le fait que nous soyons tous différents, nous avons tous le même point commun : l’envie et le besoin d’aimer et d’être aimé.

Mon compagnon est moi sommes quinquagénaires et handicapés.
Je souffre de séquelles de la Polio et lui est tétraplégique.

Pour les personnes handicapées, la vie amoureuse et sexuelle est souvent dissuadée, voire interdite.

Mais quand l’amour vient et que l’envie de l’autre persiste, que faire ?
D’abord, oublier son corps meurtri, abimé, inerte, laid.
Avoir sa propre séduction et sa propre sexualité.
Ne pas se focaliser sur l’acte sexuel mais sur les préliminaires, les caresses et le partage du plaisir.

Les handicapés ont quelque chose que les autres n’ont pas : une hyper sensibilité banalisée chez les valides. La sexualité n’est pas ce que l’on croit. Les valides la dénature.

La règle d’or : tolérance, sensibilité, découverte d’un autre Kamasutra et surtout plaisir sans complexe, sans interdit, sans tabou !
La personne handicapée est souvent plus douée que la personne valide pour inventer la vie, le bonheur, le plaisir sexuel…

Pour terminer, je tiens à dire que notre handicap ne nous empêche pas de vivre notre liaison pleinement et sans retenue.

Missu Nivers

0

Posted:

Categories: Non classé

2000 emplois 2000 sourires est un dispositif fondé par Alex Vagner dont le leitmotiv est de faciliter l’accès à un premier emploi pour les jeunes.

Pour les entreprises, c’est un moyen efficace de recruter ou d’enrichir son portefeuille de candidatures. C’est également un moment privilégié entre les jeunes pour mieux comprendre leurs attentes et évaluer leur motivation. (Source : Flyer 2000 emplois 2000 sourires).

Aujourd’hui, (jeudi 11/05) au Zénith d’Orléans avait lieu la 5ème édition avec au programme :
• Rencontres directes avec les entreprises et les employeurs ;
• Présence des organismes de formations sur les métiers en tension ;
• Ateliers thématiques gratuits : rédaction de CV, préparation aux entretiens de recrutement, présentation professionnelle, conseils, etc… ;
• Présence d’une vingtaine de chefs d’entreprise prêts à devenir les parrains et marraines de jeunes motivés ;
• Animations… (Source : Flyer 2000 emplois 2000 sourires).

Lorsque cet évènement est évoqué par la presse, les différents médias sont unanimes quant à son importance, son intérêt et ses retombées. Même sur les réseaux sociaux on l’encense.
Est-ce aussi extraordinaire ? Les personnes qui n’arrivent pas à trouver du travail par elles-mêmes, y arrivent-elles par le biais de ce dispositif ?
Fraichement diplômé d’un BTS, étant à la recherche d’un emploi, j’ai voulu vérifier cela par moi-même en m’y rendant l’année dernière avec la ferme intention de décrocher un job. Mallette à la main, CV à volonté, me voilà parti pour cette folle aventure qu’est la recherche d’emploi.

Arrivé sur place, j’étais subjugué… Il y avait beaucoup de monde et de nombreux stands. J’étais très ravi car je me souviens m’être dit : « plus y a de stands plus tu as de chances de trouver du travail ». J’ai fais le tour des « boutiques » qui m’intéressaient et je dois avouer que j’ai été plus que déçu car je ne m’attendais pas du tout mais alors pas du tout à l’accueil qui m’a été fait.

Les 95 % des personnes qui m’avaient reçu m’avaient demandé un CV, m’avaient accordé sans exagérer 2 min et avaient fini par me dire de les appeler pour obtenir un entretien. J’étais atterré. A quoi bon se déplacer pour un tel accueil ?! J’avais perdu mon temps et ma journée. J’aurais dû la consacrer à faire le tour des agences d’intérim qui elles m’auraient accordées plus de temps.
Je suis conscient qu’on ne peut pas accorder un entretien digne de ce nom à tous les candidats présents, mais de là à les bâcler… !

Je m’étais dis que je n’avais peut-être pas eu de chance, que j’étais le seul à qui c’était arrivé… alors j’ai voulu vérifier et j’ai posé la question à de nombreuses personnes qui pour la majorité avaient été reçues comme moi.

Je ne comprends vraiment pas pourquoi les médias en font des « caisses » alors que sur place ça ne se passe pas comme ils le disent ou comme ils l’écrivent…
A la fin du dispositif, on nous balance des chiffres avec les taux de participations des personnes, les emplois « donnés »… mais sans aucune précision.
Comme tout le monde le sait, on leur fait dire ce qu’on veut aux chiffres…

Personnellement j’aimerai avoir des clartés quant à la nature des emplois attribués : nombre de CDI, de CDD, de contrats d’apprentissage, en Intérim…
Une chose est sûre, il ne faut en aucun cas prendre pour argent comptant ce que la presse « traditionnelle » nous dit car il y a « toujours à boire et à manger… »

Un jeune qui aurait voulu en profiter

Ps : Mr Vagner a la possibilité de nous contacter pour répondre à ce jeune ; nous publierons bien entendu son éventuelle réponse.

11

Posted:

Categories: Non classé

Liberté, Egalité, fraternité… ? Quel mensonge !

La devise de la France qui est magnifique soit dit en passant n’est pas appliquée du tout. Longtemps considérée comme utopiste, cette dernière est bel et bien mensongère et nous pouvons malheureusement le vérifier à bien des niveaux…
Que ce soit pour l’égalité des droits, des chances, du travail, du logement…, les français ayant des origines et/ou de confession musulmane ne sont pas égaux.
Lors de ces élections présidentielles, dans la ville d’Orange, une femme a été contrainte de retirer son voile pour voter. Rappelons à titre informatif que cette ville est « gérée » par l’extrême droite depuis plus de vingt ans…
Le président du bureau de vote qui n’était autre que l’adjoint à la sécurité de la ville lui aurait dit :
« Madame, vous enlevez votre voile, c’est la loi, sinon vous ne votez pas! »
Pour lui, l’identité de Madame El Omar (57 ans) était difficile à prouver et il a estimé que cette dernière ne correspondait pas à la photo sur sa pièce d’identité.

Pourquoi agir de la sorte alors qu’elle avait pu voter au 1er tour sans retirer son voile ?
La circulaire du Conseil constitutionnel de janvier sur le déroulement des opérations électorales rappelle qu’ « Un voile encadrant le visage n’empêche pas le contrôle de l’identité de l’électeur ».
Pour accomplir son devoir de citoyen, Madame El Omar a dû retirer son foulard devant tout le monde. Cette situation l’a choquée. Après avoir voté, elle est partie et a pleuré. Elle a décidé de porter plainte.
Cet adjoint à la sécurité, aurait-il demandé à une bonne sœur de retirer son voile ? Bien sûr que non !
A titre comparatif, « en 2003, Bernadette Chirac a permis à Adalberta, mère supérieure de la Congrégation des sœurs carmélites de l’Enfant Jésus de Bormes-les-Mimosas, de conserver son double voile sur une photo d’identité. L’épouse du Président de la République est intervenue directement auprès de la préfecture afin de contourner la loi qui impose à tous de poser tête nue sur les photos des documents officiels ».

Faut-il penser qu’il y ait deux poids deux mesures ?
Pour rappel, Selon l’Art. 5. du décret du 26 février 2001, « Les demandes sont accompagnées de deux photos d’identité, de face, tête nue, de format 35 x 45 mm, récentes et parfaitement ressemblantes, ainsi que des timbres fiscaux correspondant au montant du droit de timbre exigé pour les passeports. »
Faut-il penser qu’il y a des sous citoyen et des passes droits dans notre beau pays qu’est la France ?
Bizarrement on n’entend pas parler de ça dans les médias.

Quand on a une devise aussi belle que celle de la France, tout devrait être mis en œuvre pour la faire respecter, du moins simplement l’appliquer…

AJ

0

Posted:

Categories: événement

NE JAMAIS OUBLIER LE PASSE POUR CONSTRUIRE UN AVENIR SANS DISCRIMINATION

Tous les historiens censés, les démocrates progressistes s’accordent à juste titre pour reconnaitre le terrible génocide dont furent victimes les juifs lors de la barbarie nazi, la Shoa.

Quelques négationnistes, comme Faurisson, propulsé par le sinistre Dieudonné tente de nier cette réalité, pour diminuer l’ampleur de cet indicible horreur.

La lutte contre l’antisémitisme, le négationnisme sont d’une constante actualité et la vigilance doit être constante :

La bête immonde est là, prête à ressurgir si besoin, même si les populistes et l’extrême droite européenne ont trouvé en l’islam  le nouveau bouc émissaire, ils ont troqué leur ancien antisémitisme, pour un nouveau racisme : l’islamophobie

NE PAS OUBLIER PORAJMOS

Les termes « Porajmos » (ou Porrajmos, littéralement « dévorer ») « Samudaripen », génocide tsigane ou encore holocauste rom, désignent les persécutions envers les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Leurs proportions furent telles que la majorité des historiens les considèrent comme constitutives d’un processus génocidaire. Les Tsiganes composent la deuxième population européenne victime d’une extermination familiale et raciale.

Les historiens estiment qu’entre 25 et 50 % de la population tsigane d’Europe a été exterminée au cours du Porajmos, c’est-à-dire entre 200 000 et 500 000 personnes.

L’INSURRECTION GITANE

C’est une date méconnue que l’association La Voix des roms célèbre ce samedi 13 mai, à Saint-Denis.

Celle de l’insurrection gitane, dans le camp de Birkenau, en 1944, il y a soixante treize ans.« On parle peu de la résistance dans les camps, et le 16 mai 1944 des familles gitanes ont résisté aux SS », nous dit Saimir Mile représentant de l’association la voix des roms qui se bat à leur côté  pour défendre leurs droits et cette memoire.

Il rappelle que ce jour-là, des hommes et des femmes se sont « enfermés dans leurs baraques, avec leurs outils de travail, pour s’opposer à leur extermination. » Le répit a été de courte durée.

En août 1944, près de 3 000 Tsiganes ont été exterminés. Mais le 16 mai reste un symbole de « résistance » que l’association compte remettre au goût du jour.

Ce « Romani résistance day » sera célébré dans plusieurs endroits d’Europe.« Nous tenions à célébrer cela à Saint-Denis sur le parvis de la basilique, puisque c’est ici que la présence de bohémiens a été mentionnée en 1427 ! » nous dit Samir.

CE SAMEDI 13 MAI FÊTONS L’INSURRECTION TZIGANE ET NOUS SOUTIENDRONS LA FAMILLE D’ANGELO GARAND

En cliquant sur ce lien, vous trouverez tous le programme

http://www.insurrectiongitane.com/programme.html

Mais j’attire l’attention des lecteurs sur ce débat

19h30-21h00 :  Assemblée débat 2 – « Violence institutionnelle et insurrection Gitane »

Depuis des siècles et dans la France contemporaine autant que jamais, Tsiganes, manouches, Rroms, Yéniches, Voyageurs sont l’objet d’une violence institutionnelle de haute intensité.

Cette violence prend des formes variables : Discriminations, incarcération de masse, placements d’enfants, génocide, violences et meurtres policiers.

Les intervenants exposeront chacun la résistance singulière dans laquelle ils sont engagés.

Intervenants : Remy VIENOT (Espoir et fraternité Tsiganes de Franche-Comté), Raymond GURÊME (Survivant du Génocide, résistant), Aurélie GARAND (Justice pour Angelo), Amal BENTOUNSI (Urgence notre police assassine), Cindy HADDAD (collectif femmes LM – Ronchin)

JUSTICE POUR ANGELO

Le 30 mars Angelo GARAND, gitan, membre de la communauté  Rom est abattu par le GIGN, à Seur, dans le  Loir et Cher à 10 km de Blois, chez lui, dans sa famille.

DEPUIS LA FAMILLE DEMANDE

• Pourquoi le procureur de Blois fait-il passer Angelo pour un fugitif dangereux, alors qu’il avait bénéficié d’une permission de sortie ?

• Pourquoi faire intervenir le GIGN, alors qu’Angelo n’avait pas résisté lors de sa précédente interpellation ? Qui a ordonné cet assaut macabre ?

• Pourquoi les gendarmes sont-ils entrés mitraillettes en mains dans la pièce où s’était réfugié Angelo, au lieu d’attendre qu’il sorte ?

Depuis le lendemain du drame, la famille reste sans réponse. Aujourd’hui elle réclame justice et vérité pour Angelo, comme pour les autres victimes de la violence des forces de l’ordre.
La famille GARAND et ses soutiens appellent à un rassemblement à la mémoire d’Angelo

LE 18 MAI LA FAMILLE D’ANGELO SERA A ORLÉANS POUR TÉMOIGNER

Lors d’une Conférence a Orléans le  le 18 mai à 20h, maison des associations, rue sainte Catherine avec Amal BENTOUNSI et Aurélie GARAND, la sœur d’Angelo.

Denis PETITJEAN

0

Posted:

Categories: Société

L’information traitée différemment

Vous n’êtes pas sans savoir que les rédacteurs en chef ont une ligne éditoriale et par conséquent, ces derniers choisissent comment ils vont traiter l’information.

La où la plupart des médias ne font pas correctement leur travail c’est dans le choix des mots qu’ils utilisent par rapport aux protagonistes…
2015 et 2016 ont été malheureusement des années meurtrières à cause des attentats qui ont été commis. Les chaines de télévisions et plus particulièrement celles des informations continues passaient des informations qui n’étaient pas toutes vérifiées. Elles n’hésitaient pas à inscrire dans les « bandeaux » des titres « accrocheurs » du genre : « Actes terroristes, la piste islamiste n’est pas à exclure », « l’Islam est-il compatible avec la démocratie », etc…
Dans quel but ? Faire peur à la population ? Créer un climat anxiogène ?
Il faut appeler un chat un chat, mais vous aurez remarqué que les médias ne le font pas systématiquement…
Lorsqu’une personne ayant des origines maghrébines commet des actes de ce genre, les journalistes lui attribuent automatiquement les termes de « terroriste islamiste ».
Qu’en est-il d’une personne qui commet des actes similaires et qui n’a pas d’origine maghrébine ?
A celle là, les journalistes emploieront des termes du genre « fragile psychologiquement, égarée…. ».
Rappelez-vous le crash de la Germanwings en 2015…

Le copilote avait tué 144 passagers et les 6 membres de l’équipage et à aucun moment les médias n’ont employé le mot « terroriste » pour cet acte. Pourquoi ?
Parce qu’il n’était pas musulman ? Parce qu’il n’avait pas des origines maghrébines ?
Un terroriste est une personne qui utilise la terreur pour arriver à ses fins.
Si vous regardez dans le dictionnaire vous lirez qu’un « terroriste emploi la violence pour atteindre un but politique ». (Source Internet).
Vous admettrez tous que les personnes qui étaient à bord de l’avion devaient être terrorisées…

Ce n’est pas tout.
Fin janvier 2017, un attentat avait eu lieu dans une mosquée du Québec; bien que les médias français n’en avaient pas beaucoup parlé, une fois de plus ces derniers n’ont pas utilisé le mot « terroriste » pour qualifier ce crime. Un « étudiant », voilà comment l’avaient appelé la majorité des journalistes.
J’ai l’impression que cet ATTENTAT n’a pas intéressé les médias français et plus particulièrement les chaines d’information en continu qui n’avaient pas mis en place les dispositifs habituels… : éditions spéciales, pseudo experts du terrorisme, responsables politiques…
Il s’agissait bel et bien d’un attentat terroriste, ne vous en déplaise !
« L’étudiant » en question était un pro Trump et un pro Le Pen. Pourquoi ne pas avoir parlé de terrorisme Christianiste ? Cette information n’a pas du tout été traitée comme il se devait. Lorsqu’une personne d’origine maghrébine commet un acte terroriste, il y a des jours et des jours d’éditions spéciales et ça fait la UNE des différents journaux télévisés. Mais là, RIEN !
Seuls le Canada et les pays musulmans s’étaient mobilisés.

Après on ose parler de Liberté d’Égalité et de Fraternité…

AJ

0

Posted:

Categories: Société

Réalité

Savez-vous que le fait d’avoir la peau noire entraîne un risque de contrôle de 3 à 11 fois supérieur selon les sites et pour les maghrébins un risque de 2 à 15 fois plus. Donc on ne peut déterminer un échantillonnage représentatif de la délinquance constatée, ce que l’on a martelé dans nos têtes de couillons depuis plus de 10 ans.
En gros, cherchez et vous trouverez!
Pour enfoncer le clou, la part de la délinquance des étrangers et assimilés selon Sarko n’a cessé de diminuer passant de 14% de personnes poursuivies en 1970 à environ 10% … et pour le même délit, l’étranger d’origine donc labellisé est plus sévèrement puni! Vous avez dit Justice !!

Et pourtant, toi qui me lis, sais-tu qu’un François sur trois à un grand-père étranger; Sacré gaulois!
Liberté-Egalité-Fraternité: Y aurait pas un problème, là !

Source ATD/quart-Monde

Yves Bodard

0

Posted:

Categories: Société

Vous avez dis "Préjugés" ?

Le 15 mai prochain, à 14h30 (dans les locaux de la DRAC Centre Val de Loire, 6 rue de la manufacture à Orléans) devaient être présents le Préfet de région M. Nacer MEDDAH et Mme Hélène MOUCHARD-ZAY, Présidente du CERCIL et de l’association « Mémoires plurielles », répondront aux questions des rédacteurs/rédactrices du Bondy Blog Centre lors d’un Bondy Blog Café spécial, consacré aux préjugés.

En raison de la réserve électorale, Monsieur le Préfet ne sera pas présent mais Madame Mouchard Zay sera bien présente à cet évènement qui n’est pas ouvert au public sauf aux lycéens de Monod et Voltaire qui y sont invités.

J’espère que la mémoire sera effectivement plurielle, car il est urgent d’anticiper les mécanismes qui engendrent  les situations de discrimination, de violence et d’injustice, en tirant les leçons du passé

Je souhaite donc évoquer une « catégorie » de la population française, appelée « les gens du voyage », dont des individu.es (moins illustres que M. Jean Zay) se sont aussi engagé.es dans la Résistance.

Moins illustres, voire anonymes, car cette population stigmatisée était, et est encore niée, jusque dans les livres d’Histoire.

Elle a souvent été incarcérée de manière totalement arbitraire pendant la deuxième guerre mondiale par les forces de l’ordre républicain, et dans d’horribles conditions sanitaires (cf Beaune La Rolande dans notre département)

Plus récemment, le 30 mars 2017, Angelo GARAND, issu de la « communauté des gens du voyage », a été abattu chez lui, dans le Loir et Cher, par le GIGN.

Depuis, la famille d’Angelo GARAND demande la vérité sur les conditions de cet assaut macabre, mais elle reste sans réponse. Un mois et demi après les faits…

M. Le Préfet de région, que Magcentre nous  présente comme un « pur produit de l’ascenseur républicain »  sera-t-il interrogé le 15 mai à propos de l’enquête sur l’assassinat d’Angelo GARAND ?

Dans tous les cas, et pour reprendre le titre de l’article de Magcentre, il est effectivement nécessaire de rappeler que M. Le Préfet MEDDAH, est un exemple exceptionnel illustrant le concept d’égalité des chances, définition littérale de l’inégalité.

Car comment concilier égalité des savoirs et méritocratie ?Ce sont deux principes opposés, et notre société perverse semble avoir choisi la méritocratie en faisant semblant de désirer l’égalité.

Si M. Nacer MEDDAH est sensible au drame vécu par la famille GARAND , il est convié à participer à une conférence /réunion de soutien le 18 mai, à 20h à la maison des associations, rue Sainte Catherine, à Orléans.

JH

0

Posted:

Categories: Société